Cet article a pour but de vous raconter comment se déroulait ma vie en prépa. Il n’a pas vocation à dire que c’est la bonne méthode ou que c’est le bon rythme à avoir mais c’est une indication, un exemple de ce qui peut être fait.

Morning routine

Le matin je me levais à 6h50. Douche, petit déjeuner, préparation des affaires. J’étais prêt à 7h30 et arrivait au lycée vers 7h45. J’en profitais pour relire le cours de la veille vu que j’avais 15 minutes d’avance par rapport au début du cours.

J’avais aussi à disposition une liste d’ « exos douche », c’est à dire d’exercices dont la consigne était courte, et donc simple à retenir et qui était de difficulté facile ou moyenne. Donc pendant ma douche je faisais mon premier exercice de la journée. J’ai découvert une fois en école qu’une partie non négligeable de mes camarades à l’ENS le faisaient aussi. Est-ce cela le facteur pour intégrer une bonne école ? Mystère…

En journée

Dans mon lycée, c’était assez simple, le matin c’était sciences. D’abord maths puis physique en sup et physique puis maths en spé. L’ordre changeait mais cela revient au même. Distillés par ci par là, les cours d’anglais, de français, les TD, les TP et le TIPE ainsi que les cours de sciences de l’ingénieur. Ici, vous aurez un tour d’horizon des cours en prépa.

Entre midi et 14h, assez souvent il y avait une heure de colle. L’autre heure était donc destinée à manger et faire une pause. Les jours où il n’y avait pas colle, cela revenait finalement au-même. Je m’accordais une heure pour manger et l’autre heure était utilisée pour s’entrainer. En spé, on avait notamment pris l’habitude de se donner des colles entre nous. Vous n’êtes pas familier avec la notion de colle ? J’avais fait précédemment un article à ce sujet.

Se donner des colles entre élève est quelque chose que je conseille. Cela est très formateur. En comprenant les problèmes des autres, on affine sa connaissance et sa compréhension du cours. On doit aussi apprendre la pédagogie pour bien expliquer ce que l’autre ne comprend pas (ce qui est utile à l’oral des concours). Et pour être capable de bien expliquer, il faut avoir une compréhension profonde du cours. Cela peut permettre aussi de se rappeler de détails du cours qu’on pourrait avoir oublié.

Evening routine

En rentrant le soir, pas question de se mettre à travailler tout de suite. Il faut s’accord entre 30 minutes et une heure de pause au moment où on rentre chez soir. On regarde une série par exemple, on fait autre chose que son travail. Et c’est mieux que ce ne soit pas trop intellectuel, pas quelque chose de trop compliqué. Cela m’amenait généralement à l’heure du repas.

Une fois le repas fini, là je recommençais à travailler, et ce tous les soirs. En général je travaillais entre 3 et 4 heures et terminais ma journée vers minuit. Là aussi il m’arrivait de me challenger (par message cette fois) avec d’autres camarades pour que chacun aide l’autre à apprendre. Ce que je faisais principalement ? L’apprentissage du cours via la routine décrite précédemment et des exercices.

Le week-end

Je faisais partie des prépas qui en première année n’avait pas cours ou DS le samedi matin. Fait plutôt rare j’ai l’impression. J’avais par contre cours le samedi matin en deuxième année. Je travaillais environ une journée sur les deux du week-end (selon ma fatigue et ma charge de travail) et je me gardais au minimum une demi-journée de libre chaque week-end.

Bilan : Je devais travailler largement plus que 80h par semaine, mais en sachant que c’était une situation temporaire ça passait plutôt bien. Et les 3 semaines de préparation à la fin des cours je les ai passées à me reposer parce que j’ai pu travailler régulièrement tout au long de mon cursus.

En vacances

Là c’était plus dur de se mettre au travail. A quoi servent les vacances en prépa ? 3 choses :

  • Se reposer
  • Faire d’autres activités
  • Rattraper les cours sur lesquels on a pris du retard et jamais réussi à se remettre à jour.

Je dirais qu’il faut se laisser 5 jours de repos au début des vacances et après s’y remettre, sur un rythme entre 6 et 8h par jour. C’était généralement mon objectif, je ne l’atteignais pas toujours mais j’essayais de m’y tenir. Après il ne faut pas culpabiliser, il faut aussi laisser se reposer le muscle cerveau et se reposer tout cours. Donc si on n’arrive pas à travailler pendant les vacances, tant pis.

Les écueils à éviter

Ici je vais parler d’une chose en particulier : il faut faire du sport. Un corps sain dans un esprit sain c’est quelque chose de vrai ! Dans ma routine au-dessus c’est l’élément manquant.

Au-delà de ça, je pense qu’un élément clé dans la réussite est la régularité. Mettre un gros coup de collier la veille du DS puis ne pas travailler 2 jours en étant trop fatigué n’est pas une bonne méthode. Selon moi, la procrastination est un des plus grands ennemis de la réussite. Et surtout souvenez-vous, la prépa est une course de fond, pas un sprint !

Cet article vous a plu ? Retrouvez nos 5 derniers articles sur le même thème :

1 Comment

Laisser un commentaire