Progresser-en-maths

Maths + Toi = 1

Etudiant découragé Parcoursup
Actualités Les études

Inégalitaire et décourageant, Parcoursup m’aurait fait rater l’ENS lors de mon orientation

Derrière ce titre accrocheur, je vais vous expliquer pourquoi le système Parcoursup est moins bien que celui qui existait avant.

L’algorithme de Parcoursup VS APB

Il était une fois APB, l’ancêtre de Parcoursup (avant 2017). Nous allons voir les conséquences des algorithmes derrière ces deux systèmes et voir pourquoi Parcoursup a rendu l’orientation beaucoup plus inégalitaire.

Avec le système APB, vous ordonniez vos voeux. Ce n’est pas le cas pour le système Parcoursup. Cela a une implication fondamentale. Dans APB Si un élève A obtient son voeu préféré alors il libère une place pour les autres voeux qu’il a pu faire. De fait, si dans une formation avec 100 places, l’élève B est classé 101. Si A est pris dans son voeu préféré et qu’il était mieux classé dans la formation demandée par B, alors il libère mécaniquement une place. Dans le système actuel, tant que A n’a pas accepté son voeu, alors B ne pourra pas prendre sa place. A est le roi et peut se permettre de prendre 2 semaines de réflexion. Pendant ces 2 semaines, B se demande s’il aura sa place. Les meilleurs élèves peuvent alors prendre tout leur temps pour réfléchir alors qu’ils auraient juste pu classer leurs voeux en amont.

Libérer des places en cascade

Donc on si on prend une formation peu sélective ayant 50 places. Les 50 premiers classés prendront sûrement une formation plus sélective / prestigieuse. Mais ils ne le feront pas forcément en 2 jours, ils prendront bien leur temps pour choisir. Pendant ce temps, des élèves, classés autour de 700 et étant 650 sur liste d’attente pensent qu’ils n’auront jamais la formation. Alors qu’il leur suffit d’attendre. Avec APB, comme le classement était optimisé, comme on ne recevait qu’une seule proposition, on avait directement la proposition optimale.

Et le seul moyen de gagner des places ? Les écoles hors APB : Il y avait Sciences Po, INSA et quelques autres (EPFL en Suisse par exemple). Et du coup, si un élève ayant une bonne prépa choisissait finalement Sciences Po, cela libérait des places en cascade : un nouvel élève B avait alors la proposition pour la très bonne prépa, laissant la place à un autre élève C pour la bonne prépa qu’il avait déjà. Cet élève C libérait alors une place pour un autre établissement à un élève D, etc. Et 10 élèves pouvaient alors avoir leur meilleur voeu d’un coup.

Pourquoi Parcoursup est inégalitaire

Première inégalité

Dans le système d’avant, on n’avait pas accès à son rang. Donc c’est très compliqué d’estimer le rang moyen des admis par formation. Mais en fait, cela ne me choquerait pas que dans une prépa bien classée de province être classé 800 permettait une admission là où il y a 100 places. Car les 700 premiers peuvent aller dans d’autres prépas similaires. Il peuvent aussi aller dans des prépas mieux classées, en médecine, à Sciences Po, à l’INSA…

Donc aujourd’hui, si vous ne connaissez pas trop le système, que vous voyez que vous êtes 500ème sur liste d’attente, vous pouvez avoir envie d’accepter le premier voeu qu’on vous propose => C’est une première inégalité qui repose sur la culture vis à vis de ce système d’orientation.

Donc je vous le dis : celui qui gagne sur Parcoursup, c’est celui qui attend le plus, tout peut se jouer le dernier jour ! Mais donc on arrive sur une sorte de dilemme du prisonnier, si tout le monde fait pareil rien ne va bouger ? C’est en partie faux, car les formations les plus prestigieuses vont vite se remplir. Une fois remplies à 100 % les formations à peine moins prestigieuses vont ensuite se remplir etc. Ce que faisait APB en one shot.

Seconde inégalité

C’est là qu’on arrive sur la deuxième inégalité. Et qui fait que je n’aurais pas pu accéder à une très bonne prépa. On a dit que les gagnants sont ceux qui attendaient. Mais pour pouvoir attendre, il faut être riche. Pourquoi ? Parce que pour trouver un logement bon marché il faut s’y prendre tôt. Et pour pouvoir s’y prendre tôt, il faut connaitre la ville où on va et ne pas attendre fin août sur Parcoursup. Et oui, venant de la campagne et ne connaissant pas trop la difficulté ou non à trouver un logement, je n’aurais pas attendu bien plus que début juillet pour faire mon choix.

Donc chers bacheliers, voici la méthode : attendez le plus possible, vous ne pouvez qu’être gagnant. Quitte à prendre un risque sur le logement.

Laisser un commentaire