Le 7 février 2020, le président du Modem, François Bayrou, déclarait « 4.000 euros par mois, pour moi, c’est les classes moyennes (…) je ne dis pas que c’est les riches ». Mais qu’est-ce que la classe moyenne ?

Diverses définitions

Tout d’abord, il n’existe pas de consensus pour la définir. Voici donc quelques définitions pour défricher le sujet.

Selon Wikipédia : La classe moyenne désigne les personnes que leur condition sociale situe « au-dessus » des classes pauvres (ou classe ouvrière) et « en dessous » des classes aisées (on parle aussi de classe supérieure ou élite). Elle s’apparente à une classe sociale.

Selon le site du ministère de l’économie : « La notion de classe moyenne regroupe la population située au centre de l’échelle sociale. Elle est utilisée comme indicateur pour estimer les évolutions économiques et sociales d’un pays.

Par convention, il s’agit des ménages dont le niveau de vie est compris entre les deux-tiers et le double du niveau de vie médian »

Sur le site lafinancepourtous.com on trouve des définitions un peu plus chiffrées : « Selon l’Observatoire des inégalités, avec la même logique, la classe moyenne représente la population située entre les 30 % les plus pauvres et les 20 % les plus riches (c’est-à-dire le revenu qui divise la population en deux parts égales)

Selon L’Organisation de Coopération de et Développement Économique (OCDE), la classe moyenne est représentée par les personnes ayant un revenu compris entre 75 % et 200 % du revenu médian. »

En synthèse

On définit la classe moyenne comme un grand groupe d’individus au sein d’une population. Ce sont les revenus annuels qui permettent de distinguer les ménages entre eux et de parler de « classe moyenne » ou non.

Nous allons nous intéresser aux statistiques pour mieux comprendre. Dans classe moyenne, on utilise comme référence la « moyenne », mais on fait référence au revenu « médian » qui rappelle la « médiane ». Ce sont différents indicateurs statistiques centraux qu’il convient de bien définir car très différents !

Les indicateurs statistiques de centre

La moyenne

Définition du Larousse : « Quantité, chose, état qui tient le milieu entre plusieurs autres, qui est éloigné des extrêmes et correspond au type le plus répandu« . Cette définition laisse un peu perplexe. Pour vous aider à comprendre ce que cela signifie voici un exemple avec un graphique. On recense la taille de 138 personnes adultes fictives de sexe féminin ou masculin. On note la taille en cm, arrondie à l’unité près.

Voici les données :

Taille (en cm)Nombre de répondants
1552
1560
1571
1583
1593
1604
1613
1624
1634
1645
1656
1665
1671
1683
1694
1707
1715
1723
1734
1745
1755
1764
1777
1788
1795
18012
1816
1826
1832
1840
1851
1863
1870
1880
1891
1900
1910
1922
1931
1940
1950
1960
1970
1982
1990
2000
2010
2021
2030
2040
2050
Graphique taille
Distribution de la taille d’un groupe de 138 individus à partir de données fictives. Edition avec Google Sheets

Les humains mesurent généralement entre 1m55 et 2m05. On remarque que la distribution de la taille n’est pas linéaire, mais plutôt en forme de courbe en cloche. Cela signifie qu’il y a des tendances de taille dans cet échantillon. 3 barres de ce diagramme sont colorées. La première en bleue correspond à la moyenne : 173 cm. La deuxième en rose est la médiane : 174cm et la dernière en violet est le mode.

Définition en Statistiques

\begin{array}{l}\mathit{La\ moyenne,\ notée\ \overline{x},\ est\ la\ somme\ des\ valeurs\ x_i\ de\ l^{\prime}échantillon,}\\
divisée\ par\ la\ taille\ de\ l^{\prime}échantillon\ ou\ nombre\ d^{\prime}observations\ total\ noté\ N\mathit{ }\end{array}

Voici la forme mathématique :

\ \overline{x}\ =\ \sum_{i=1}^Nx_i

Le principal défaut de cet indicateur de centre est son influençabilité par les valeurs extrêmes. Des individus très petits ou très grands peuvent impacter la moyenner.

La médiane

Définition du Larousse : « Nombre séparant les valeurs prises par un caractère quantitatif, rangées par ordre croissant, en deux groupes tels que les sommes des effectifs y soient égales. » Cette fois, c’est assez clair, la médiane est un indicateur qui sépare en deux sous-groupes égaux en proportion un groupe.

Dans notre cas des tailles, la médiane signifie que nous avons exactement 50% des personnes qui mesurent 1m74 ou moins. Et nous avons les 50% restants qui mesurent plus de 1m74. C’est différent de la moyenne où celle-ci partageait différemment la population. En effet, 48,55% mesurent moins que la moyenne tandis que 51,45% sont plus grands que la moyenne.

Le mode

Définition du Larousse : « Valeur d’un caractère quantitatif discret ayant la fréquence la plus élevée, ou centre d’une classe présentant la fréquence la plus élevée. » Le mode est égal à la valeur xi la plus fréquente dans un échantillon donné. On a bien :

Mode\ =\ 180cm

Car dans nos données 12 personnes font 180cm, et il n’y a pas d’autre valeur pour laquelle le nombre de personnes est supérieur à 12.

Notion de classe en statistiques

Pour étudier les individus, par exemple, il est parfois plus facile de les mettre « dans des cases ». En statistiques, la « classe » est un outil qui permet de le faire simplement. C’est très utile quand les données sont très nombreuses. Pour créer des classes en statistiques descriptives simples, il faut que les données soient quantitatives (des nombres).

Reprenons le cas de nos tailles. Créons par exemple des classes de 15 cm.

En regroupant les individus en classe, on perd de l’information, de la précision. Recalculons la moyenne par exemple. Avec des classes, il faut utiliser le centre de celle-ci :

\overline{x}\ =\ \frac{155+169}{2}\cdot 48+\frac{170+184}{2}\cdot 79+\frac{185+199}{2}\cdot 10+\frac{200+205}{2}\cdot 1
\begin{array}{l}\overline{x}\ =\ 173,05\ <\ 173,18\end{array}

La moyenne a changé, suite au regroupement en classe, elle a diminué. Transformer les données a donc un impact sur les mesures que l’on calcule ensuite !

Maintenant que ces bases sont posées, analysons le concept de « classe moyenne ».

La classe moyenne, c’est qui ? Combien gagne-t-elle ?

L’INSEE (Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques) donne des données agrégées sur les revenus des français. Il est en effet difficile de concevoir une base de données publiques contenant les salaires de chaque individu. En outre, pour étudier les variations de revenus et surtout les inégalités entre les citoyens, l’INSEE utilise le regroupement sous forme de classes.

La classe moyenne : approche par les déciles

Nous avons conçu des classes arbitrairement en fonction de la taille. L’INSEE, elle, divise la populations non pas en tranches de revenus mais en portions de population appelé « décile ». La méthode est simple. Il suffit d’ordonner les salaires et de découper en 9 parts égales les ménages. L’indicateur de revenus de la classe (du décile) sera le revenu moyen de cette portion de population. On divise en 9 groupes afin que le 5e décile joue le roule de médiane (ainsi il y a 4 groupes sous la médiane et 4 groupes au dessus).

Lecture (1er décile) : en 2018, 10% des ménages ont un revenu annuel disponible inférieur à 13 820 euros.
Lecture (9e décile) : en 2018, 10% des ménages ont un revenu annuel disponible supérieur à 65 250 euros.
Lecture (5e décile) : en 2018, 50% des ménages ont un revenu annuel disponible inférieur à 30 620 euros.
Lecture (5e décile) : en 2018, 50% des ménages ont un revenu annuel disponible supérieur à 30 620 euros.
Source : Enquête Revenus fiscaux et sociaux (ERFS) 2018 – Insee

Avec ce graphique, il est difficile d’identifier la « classe moyenne » en un coup d’œil. On identifie en général trois classes dans la population. Alors, on peut dire qu’il s’agit du deuxième tiers de la population. Il s’agirait donc des ménages qui ont un revenu disponible annuel compris entre le 4e et le 7e décile. Soit ceux qui perçoivent un revenu disponible annuel de plus de 21 670 euros et de moins de 42 480 euros. Ramené sur une base mensuelle cela donne entre 1805€/mois et 3540€/mois. Nous sommes loin des 4000€ annoncés par le président du Modem, François Bayrou…

La classe médiane/moyenne selon l’Insee

L’INSEE quant à elle dans un de ses rapports, établit le graphique suivant :

Nous avons vu que la médiane est un indicateur proche de la moyenne. Ici, l’INSEE identifie un groupe de ménage « médian », qui partage bien le reste de la population en deux groupes dont le nombre d’individus est quasi équivalent. On relève que l’intervalle de revenu déclaré de ces ménages est situé entre 1430€/mois et 2010€/mois. Ce qui est plus restreint mais aussi plus faible que notre approche par les déciles précédente.

Reprenons la définition du ministère de l’Economie disait que la classe moyenne était composé des ménages dont le revenu équivaut aux deux-tiers jusqu’au double du revenu médian. D’après le graphique qui précède, le revenu médian est approximativement :

\begin{array}{l}\frac{1430+2010}{2}\end{array}=\ 1720€

On a alors :

\begin{array}{l}Borne\ \inf \ :\ 1720\ \cdot \frac{2}{3}=1146\ €\\
Borne\ \sup \ :\ 1720\ \cdot 2\ =3440\ €\end{array}

En suivant cette définition, la classe moyenne est composée des ménages qui gagnent entre 1146€/mois (à peine plus que le SMIC) et 3440€/mois. Ce qui reste toujours inférieur à 4000€ ! En reprenant les déciles, cet intervalle implique que la classe moyenne correspond à environ 60% de la population. Ses revenus sont supérieurs au 1er décile et inférieur au 7e. En dehors, on est « pauvre » ou on est « riche », en tout cas en France, puisque rappelons-le, ces notions sont relatives !

Plusieurs classes moyennes dans la classe moyenne

Bon, Monsieur Bayrou semble ne pas avoir tout à fait juste quand il dit publiquement que la classe moyenne, c’est 4000€/mois. L’article de Europe 1 précise que le célèbre président du Modem visait les « ménages » et notamment les couples. Il dit : « Un couple d’infirmiers à l’hôpital, ensemble, ils gagnent entre 4.500 et 5.000 euros; la retraite moyenne d’un enseignant est de 2.600 euros par mois et un couple d’enseignants à la retraite, ils gagnent donc un peu plus de 5.000 euros par mois: est-ce qu’on peut prétendre que ces infirmiers, ces enseignants, sont riches ? ».

Admettons. L’INSEE détaille ses statistiques sur les revenus en subdivisant par exemple par type de ménages : femme seule, homme seul, couple sans enfant, avec enfants, etc.

Déciles de revenu disponible1er décile2e décile3e décile4e décile5e décile (médiane)6e décile7e décile8e décile9e décile
Ménages d’une seule personne10 41013 12015 28017 14019 01021 16023 88027 70034 740
Femme seule10 97013 29015 33017 04018 77020 81023 36026 94033 240
Homme seul9 62012 96015 21017 31019 29021 65024 59028 75036 610
Familles monoparentales14 73018 21020 85023 36025 83028 72032 47037 22046 120
Couples sans enfant21 85026 62030 46034 01037 69041 39046 52054 54068 310
Couples avec enfant(s)26 74033 94039 36043 76048 18053 04059 45068 36087 720
Couples avec un enfant24 63032 24037 66041 95045 76050 41056 28064 00080 840
Couples avec deux enfants28 44036 27041 74045 99050 35055 24061 80071 16089 690
Couples avec trois enfants ou plus27 66032 88037 78042 98048 35053 30060 74071 27093 230
Ménages complexes (1)17 51023 36028 91033 76038 40043 89050 42058 52071 270
Ensemble13 82017 82021 67025 76030 62036 16042 48050 84065 250
Sources : Insee-DGFiP-Cnaf-Cnav-CCMSA, enquête Revenus fiscaux et sociaux 2018.

Selon sa logique, ce sont les lignes couple avec/sans enfant qui nous intéressent. Nous allons moyenniser ces données puisque l’assertion de Monsieur Bayrou n’est pas univoque.

D’après notre première méthode (revenus compris entre le 4e et le 7e décile), on obtient que notre classe moyenne (des couples) est composée des ménages qui gagnent plus de 34 910€ annuel (2910€/mois) et moins de 52 985€ annuel (4 415€/mois).

De quoi redorer un peu le blason de notre cher François… Cependant, s’arrêter aux seuls couples est réducteur. Cela n’est pas représentatif de la population en générale où, non, en moyenne, si un ménage dépasse les 4000€/mois, noyé dans la masse, il tombe plutôt dans la classe « riche » (relativement).

D’ailleurs voici un article pour savoir comment devenir riche !

Enfin, cet article s’attarde sur la distinction en classe de la population par rapport à ses revenus annuels/mensuels. Mais on pourrait très bien faire l’exercice sur le patrimoine global des ménages, ce qui donnerait par exemple des résultats un peu différents :).

Si cet article vous a plu, ceux-là vous plairont aussi !

Laisser un commentaire